Mégavalanche Alpe d Huez

17 juillet 2014

Pierre-Charles Georges du Team Lac Blanc-SCOTT vainqueur de l'édition 2014

Il y a des courses qui sont entrées dans la légende pour leur spécificité, l’engagement qu’elles requièrent ou le plateau de coureurs qu’elles rassemblent. La Mégavalanche de l’Alpe d’Huez rassemble ces trois caractéristiques.  


Crédit photo : Office du Tourisme de l'Alpe d'Huez 


Lâcher une meute de 350 pilotes de talent, du haut d’une piste rouge, sur un glacier à 3300m d’altitude ; des pointes de vitesse à plus de 90km/h pour les meilleurs, voilà à quoi ressemble le début de course de la Mégavalanche.


Après 15 minutes à en découdre avec ces conditions plus que délicates, il reste pas moins de 40 minutes de pilotage sur un terrain très montagneux, très exigeant, des relances physiques, des pièges à éviter et de la mécanique à gérer pour venir à bout de cette descente de folie.
Le vainqueur de « La Méga » est forcément un pilote complet, fort techniquement, endurant physiquement et fin tacticien. Pierre-Charles Georges, le descendeur du Team Lac Blanc – SCOTT, a prouvé toute son expérience et sa maîtrise du terrain en ce dimanche de juillet.


Crédit photo : Office du Tourisme de l'Alpe d'Huez 

 

Pierre-Charles Georges nous parle de sa course:
Vendredi, jour de qualif, et un terrain finalement très agréable, malgré les conditions apocalyptiques des jours précédents. Je gagne ma vague et signe le scratch chrono de cette journée en 18:43:00. Un run bien géré physiquement puisque seule la place compte pour la mise en grille finale.

Samedi : prise de décision, la bonne décision. Aller reconnaître la deuxième moitié de la piste jusqu’à Allemont après la course des femmes et des masters. Un carnage, un chantier innommable de boue collante et d’ornières profondes. De là surgitnaturellement l’info capitale pour la course de dimanche : trouver une solution pour rouler dans la boue et non pas rester dans la boue.

C’est la finale, gros brouillard sur le glacier, grosse vitesse sans visibilité, enfer physique en altitude pendant vingt minutes et une demi-heure dans la boue pour finir. Le top. Après un assez mauvais départ je sors du glacier autour de la 20e place, les leaders déjà loin devant. La course est longue, on y croit. Quelques places gagnées juste avant la montée de l’Alpe pour passer 11e avant de basculer sur Oz dans la boue et les forêts. Après un kilomètre dans les ornières : remontée à la 2e place. Puis sur la longue relance d’Oz, Nico Quéré crève et me laisse le champ libre jusqu’à Allemont, avec un grand plaisir dans le pilotage et un peu plus d’oxygène. Victoire avec 02:15 sur Thibaut en 55 minutes et un grand plaisir de participer prochainement à la Mega de la Réunion en novembre. 
 

Pierre-Charles Georges / Team Lac Blanc-SCOTT

Crédit photo : Office du Tourisme de l'Alpe d'Huez 

 

 

Crédit photo couverture : Nicob / 26in

Produits associés