Frais de port offerts dès € 99.-
 Nous utilisons des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible sur notre site Internet. En continuant de naviguer sur ce site internet, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus sur notre politique de cookies, cliquez  ici.

Maitrise le trail - Comment régler mon vélo correctement

29 avril 2013

Peu importe si tu possèdes déjà ton propre vélo ou si tu viens juste d’en acheter un nouveau, il existe énormément de possibilités d’en améliorer la performance et les caractéristiques de pilotage. Tu trouveras dans cet article les meilleures astuces pour régler ton vélo correctement.

Lorsqu’on est nouvelle dans ce sport, on se retrouve très rapidement face à un mur de termes spécifiques, de jargon de la scène VTT et de détails techniques. Pas facile de tout retenir du premier coup… Il y a cependant quelques notions essentielles que chacune se doit de connaitre et c’est tout bénéf’ si en plus tu es capable de faire les réglages de base toi-même sur ton vélo.

Une selle à la mauvaise hauteur demande beaucoup de force, une potence trop longue met la charge sur l’avant du corps en position assise et rend le vélo plus difficile à contrôler, un guidon trop court accentue une nervosité inutile. Contrairement à une voiture, les composants d’un VTT tels que la fourche et l’amortisseur doivent être réglés selon la personne qui conduit, faisant du mountain bike tout simple au premier coup d’œil, un véritable engin de sport complexe. Chacune devrait saisir sa chance d’avoir un vélo parfaitement ajusté dès les premiers coups de pédales et surtout de pouvoir être présente lors de ces réglages, qu’il vaut par ailleurs la peine de contrôler de temps à autre. Et ceci est aussi valable pour les vieux vélos !

Poste de pilotage

Le guidon et la potence sont le centre de contrôle (poste de pilotage) du vélo, tout comme le volant d’une voiture. Garde les  poignées le plus à l’extérieur  possible et déplace les commandes de vitesse et les leviers de frein vers l’intérieur pour que tu puisses utiliser le levier de frein idéalement avec un doigt, voire deux. Une fois que les commandes et leviers sont correctement positionnés, tourne le guidon sur son axe jusqu’à trouver une position confortable dans laquelle tes poignets restent le plus droit possible.

 

Le guidon devrait plus ou moins correspondre à la largeur de tes épaules. Les vététistes avec des épaules étroites peuvent éventuellement raccourcir leur guidon, celles qui ont des épaules plus larges doivent choisir un modèle en conséquence.

Position assise

 Les cyclistes professionnels remarquent immédiatement si leur selle a été déplacée du moindre millimètre plus haut ou plus bas, tellement leur corps a pris l’empreinte d’une position assise bien précise. Ce fait démontre l’importance d’une combinaison optimale de la hauteur, de la position et de l’inclinaison de la selle. En premier lieu, ta tige de selle doit impérativement être équipée d’un serrage rapide. Ainsi, tu pourras facilement baisser ta selle avant d’aborder une descente. En plus de ce détail technique et avant toute autre chose, il faut que ta selle soit réglée à la bonne hauteur. Pour cela, assieds-toi sur la selle avec le talon (en chaussures de vélo !) posé sur la pédale du bas qui doit être alignée avec le tube de selle (donc normalement légèrement inclinée). Ta jambe ne devrait juste pas être tout à fait tendue. Tu peux marquer ta hauteur optimale de selle grâce à un petit trait au marqueur indélébile afin de la remettre rapidement à la bonne hauteur après une descente.

L’étape suivante consiste à régler le recul de la selle sur sa tige. En règle général, on part du principe qu’un fil de plomb passant par le plateau tibial (l’os situé juste en dessous de la rotule) lorsque le pied est cliqué dans la pédale en position horizontale, devrait tomber juste derrière ou dans l’axe de ladite pédale. Pour faire ce contrôle, une deuxième personne est nécessaire. Si le fil de plomb ne tombe pas juste, alors il faut déplacer ta selle en conséquence et essayer à nouveau ! Une selle trop en avant engendre des douleurs dans les genoux alors qu’une selle trop en arrière surcharge la musculature des mollets. A toi donc de trouver le bon réglage !

L’inclinaison de la selle représente la touche finale et elle joue un rôle important dans le confort du vélo puisque c’est ce réglage qui permet de déplacer les points de pression au niveau de l’assise. Tu peux vérifier l’inclinaison de ta selle grâce à un niveau à bulle. Si ta selle pointe trop vers le bas, tu glisses vers l’avant et par conséquent il y a trop de pression qui s’exerce sur la partie inférieure de tes paumes. A l’inverse, si ta selle pointe trop vers le haut, cela peut entraîner une pression inconfortable au niveau de l’entre-jambe. Certains cyclistes roulent avec une selle légèrement inclinée vers le bas, mais  normalement la selle doit être parfaitement horizontale pour  une meilleure répartition de ton poids. Finalement, c’est à chacune de décider pour soi !

Fourche

Actuellement, les fourches les plus répandues dans le milieu du VTT sont produites par Fox et Rock Shox. Les suspensions à air et à huile ont remplacé les ressorts métalliques, ce qui veut dire que l’on peut régler la dureté de la fourche en ajustant la pression de l’air grâce à une petite pompe et on adapte le rebond (détente et vitesse de rebond) grâce à une molette que l’on peut tourner.

Pour les fourches Fox, la pompe se visse sur la valve à gauche du té. En principe, on pompe l’équivalent de son propre poids en PSI (cette unité existe sur toutes les pompes). Parfois, un petit peu moins suffit pour un réglage très confortable. La détente s’ajuste grâce au bouton rouge situé sous le fourreau droit. Lorsqu’on le visse à l’intérieur, le rebond est plus lent. Depuis la position toute ouverte, tourne le bouton 1 à 3 fois. Cela devrait convenir à la plupart des parcours.

Sur les fourches Rock Shox, tu trouveras un tableau de correspondance entre pression de l’air et poids du corps imprimé sur le plongeur – un petit détail pour faciliter le réglage. Ces fourches possèdent une chambre négative au bas du plongeur et une chambre positive en haut qu’il faut par ailleurs régler en conséquence. Le petit tableau définit une échelle de réglage pour chacune d’elle mais on choisit en général la valeur minimale. Tout comme chez Fox, la détente se trouve sous le fourreau droit. Une fois tous ces réglages effectués, il ne reste plus grand-chose à ajuster. En effet, à partir de là on utilise le système Lockout qui permet de bloquer complètement la fourche lorsqu’on attaque une longue montée sur l’asphalte.

Amortisseur

La plupart des modèles d’amortisseur à air sont produits par Fox et se règlent de la même façon que les fourches. Tu règles la dureté grâce à une petite pompe et la vitesse du rebond grâce à une molette (le plus souvent rouge, comme sur les fourches). Toutefois, on ne trouve de recommandation concernant la pression de l’air que sur très peu de vélos. Il faut donc y aller au feeling et essayer. Un nouveau terme technique important vient également s’ajouter à ton vocabulaire de vététiste : le débattement négatif, autrement dit le Sag en anglais (prononcer « sèègue »). Suivant ton système de triangle arrière, tu rouleras avec un Sag situé entre 20 et 30 pourcent de la longueur du piston. Afin de contrôler ceci,  place l’élastique situé autour du piston jusque tout en-haut. Assieds-toi ensuite sur la selle et voit jusqu’où l’amortisseur travaille uniquement avec le poids de ton corps. Pour un réglage exact, il vaut cependant mieux demander conseil à ton revendeur ou à un expert. N’oublie pas que seul un fully réglé de manière optimale t’apportera le maximum de plaisir!

Tout comme sur la fourche, la détente est ajustée selon les préférences de chacun. A partir de la position toute ouverte, 2-3 tours suffisent en général. Attention : il faut effectuer les réglages de manière systématique ! C’est-à-dire qu’il faut visser les molettes les unes après les autres et pas toutes en même temps. Finalement, tu peux faire le check suivant : assieds-toi sur ton vélo et descends d’un trottoir, toujours en position assise. Ton amortisseur devrait normalement rebondir une fois et demi. Si c’est le cas, alors le réglage est correct. Notre opinion : dès lors que tu roules un tout-suspendu, autant qu’il travaille.

Certains modèles d’amortisseurs possèdent un système Lockout ou Plateforme, que l’on met en fonction grâce à un petit levier. Lorsqu’on le rabat, on obtient soit un triangle arrière complètement rigide (Lockout) ou alors résistant mais pas totalement bloqué (Plateforme). Ce réglage facilite le pédalage en montée et élimine l’effet de pompage énervant. Actuellement, certains fabricants (par ex. Rock Shox ou SCOTT) permettent de bloquer l’amortisseur grâce à un petit levier placé sur le guidon. Le gros avantage de ce système est que tu n’as plus besoin d’enlever une main du guidon pendant que tu roules.

Afin d’utiliser toutes ces fonctions de façon correcte et optimale, tu devras certainement passer du temps à essayer les différents réglages, apprendre à lire le relief dans lequel tu roules et développer une certaine sensibilité pour déterminer de quel réglage tu as besoin. C’est en forgeant qu’on devient forgeron !

Conseil :

Si tu pars faire un tour en VTT avec un gros sac à dos, il est préférable de régler ta fourche et ton amortisseur en conséquence (donc plus dur) ou alors de déterminer le débattement négatif (sag) avec ton sac sur le dos.

Pression et choix des pneus

Il n’existe aucune pièce sur un vélo qui est moins considérée que les pneus. Et pourtant, ce sont eux qui ont la plus grande influence sur le pilotage, la résistance au roulement et la sécurité. La largeur d’un pneu se lit sur sa tranche et est mesurée en pouces. Plus ils sont étroits, moins il y a de confort et plus il y a de risques de crevaison. Les femmes légères n’ont évidemment pas besoin de monstres à 2,4 pouces mais il n’y a rien à dire contre une paire tout à fait usuelle de 2,25 pouces. A noter : les pneus en-dessous de 2 pouces de largeur ne devraient aujourd’hui plus être considérés comme des pneus de VTT. Concernant la pression des pneus, tu ne devrais pas aller au-delà de deux bars. Seuls les cyclistes de plus de 80 kilos ont besoin d’autant de pression voire plus. Les hommes aiment en général bien gonfler un peu plus leurs pneus car ils reflètent leur propre poids. Mais plus tu es légère et plus la pression des pneus peut être basse. Par ailleurs, le minimum recommandé par le fabricant est inscrit sur la tranche du pneu. Pour ce qui est du choix des pneus, tu ne devrais pas uniquement prendre en compte une faible résistance au roulement mais aussi prêter attention au transfert des forces de freinage au sol. Ton magasin saura bien te conseiller si tu lui dis dans quels endroits tu comptes aller rouler.

Pour ou contre le tuning

Tu crois sûrement que le tuning est une histoire de mecs, un monde à part pour les vrais crochés. Et bien laisse-moi te dire que c’est justement pour les femmes que le tuning au niveau du poids total du vélo fait le plus de sens. A vététiste légère, VTT léger. La charge que transfère une cycliste poids plume sur son vélo et ses composants est bien plus faible que celle exercée par un homme costaud. Qu’est-ce que cela signifie dans la pratique ? Que tu peux aller chercher la limite de beaucoup de composants pour ton vélo : chambres à air légères, jantes avec peu de rayons, pneus au à la carcasse fine, poste de pilotage léger et des composants en carbone un peu partout.

Conseil : n’aies pas peur du carbone

La fibre carbone a déjà beaucoup fait parler d’elle ces derniers temps. On la retrouve de plus en plus souvent en tant que matériau de construction pour les cadres, mais aussi les guidons, les potences et les tiges de selle. Le carbone est léger et rigide à la fois, et il a prouvé sa stabilité dans de nombreux tests à grande échelle – à condition que les pièces aient été correctement conçues. Dans la pratique, le carbone présente un petit inconvénient tout au plus lors du transport. Il est en effet déconseillé de transporter un vélo en carbone sur un porte-vélo classique car les tubes n’apprécient pas être serrés. Il vaut donc mieux transporter son VTT dans la voiture plutôt que sur le toit.

 

 

A présent, je n'ai plus qu'à te souhaiter beaucoup de plaisir sur ton vélo parfaitement réglé!

 

Karen Eller

 

Episode 1: Choisir le bon vélo

Episode 2: Bien se préparer pour la saison

Comparer des produits (0/4)