Nous utilisons des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible sur notre site Internet. En continuant de naviguer sur ce site internet, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus sur notre politique de cookies, cliquez  ici.

Le champion olympique N1NO Schurter passe 95 % de son temps sur son vélo, à s’entraîner ou en compétition. Comme tous les athlètes de ce niveau, le 7 fois champion du monde apprécie les moments où il peut échapper à son emploi du temps chargé durant l’intersaison, et passer du temps avec sa famille et ses amis dans un endroit tranquille. N1NO considère la Toscane comme sa deuxième maison, car c’est aussi une des bases d’entraînement des équipes SCOTT-SRAM MTB Racing.



Le royaume toscan de Schurter

N1NO Schurter a grandi en Suisse orientale, et il y vit toujours aujourd’hui. Mais en hiver, il faut bien avouer que le canton des Grisons n’est pas la région idéale pour pratiquer le VTT. Depuis des années, N1NO passe du temps dans la maison que possède sa famille en Toscane, d’où partent de très nombreuses pistes. C’est un endroit sauvage et reculé, parfait pour se relaxer et ressourcer son corps et son esprit.


La zone autour de Massa Marittima, dans le sud de la Toscane, est un véritable terrain de jeu pour tous les adeptes de VTT et les amoureux des grands espaces. Que ce soit pour gravir les pistes les plus escarpées à bord d’un pick-up, se donner à fond sur des motocross ou se frayer un chemin dans les bois qui plongent vers la plage, on n’est jamais déçu. Par ailleurs, le vin et la cuisine locale ne sont pas mal non plus.


Nino, que représente l’intersaison pour vous ?

"Pendant cette période de pause, j’essaye de me ressourcer et de trouver de nouvelles motivations. Une saison de cross-country est extrêmement fatigante, physiquement et mentalement. J’essaye avant tout de me reposer et de ne pas faire de vélo du tout. Au lieu de cela, je m’occupe de ce qui compte le plus dans la vie, et c’est d’abord pour moi la famille. Durant la courte période de l’intersaison, je rattrape aussi ce qui me manque : aller à la plage, dîner avec des amis… En bref, je fais des choses qui n’ont rien à voir avec le cyclisme. Passer du temps avec mes amis est particulièrement important pour moi. Et c’est quelque chose qu’on ne fait souvent pas assez lorsqu’on est en mode Coupe du Monde."



À quel point est-il important pour un athlète de se déconnecter du monde de la course ?

"Le temps libre et les pauses sont tout aussi importants que l’entraînement. Pendant les périodes d’entraînement, les pauses sont essentielles, car elles permettent de se régénérer physiquement. Mais les périodes de repos plus longues, celles qui durent plusieurs semaines, sont tout aussi importantes sur le long terme. Elles donnent au corps le repos dont il a besoin et permettent de trouver de nouvelles motivations et de se vider la tête. Ceux qui s’entraînent constamment, sans jamais offrir de pause à leur corps et à leur esprit, risquent l’épuisement total, autant physique que mental. Il est extrêmement important pour moi de décrocher, en particulier après une saison marquée par de nombreux moments forts et de grands succès. Ma famille et un environnement complètement différent sont les deux éléments qui m’aident à me ressourcer, à me recentrer."


Quels avantages y a-t-il à aller dans un lieu reculé ?

"Je suis entouré d’une grande agitation toute l’année. En plus de l’entraînement et des courses, mon programme inclut les événements des sponsors, les rendez-vous avec les médias et d’autres engagements tout au long de l’année. Je n’ai rien contre, au contraire, mais tout cela demande du temps et de l’énergie. Pour me relaxer au maximum et me vider la tête, j’aime être dans des lieux relativement calmes, comme la maison de vacances de mes parents dans le sud de la Toscane, où je n’ai pas de distractions et où je peux réellement ne rien faire. Les trails de cette région sont comme un immense terrain de jeu, aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Je découvre chaque année de nouvelles pistes. La Maremme est très sauvage et offre une incroyable variété de terrains pour les cyclistes."


Comment occupez-vous votre temps durant l’intersaison ?

"Tout ce qui est fun et varié m’intéresse : faire du motocross, aller à la plage, se laisser aller à la Dolce Vita italienne… la Toscane me permet de faire tout ça."


La Toscane est connue pour son vin, ses ruelles et la richesse de son histoire. Cela est-il important pour vous ? Pourquoi y allez-vous si souvent ?

"En Toscane, je me reconnecte à ma famille, à la bonne cuisine, aux trails agréables, à la mer, aux amis et à toutes sortes d’aventures en extérieur. C’est l’endroit où je peux réellement décrocher et remettre mes compteurs à zéro. La vie est simple ici, marquée par l’ambiance typique, des gens extrêmement gentils et un temps généralement agréable. En plus de cela, c’est un lieu très agréable pour s’entraîner, notamment à vélo."


Quelle est l’importance de votre famille et quel rôle joue votre fille ?

"Ma famille est mon pilier. Sans un environnement qui fonctionne bien, rien ne marche. Ma fille et ma femme sont évidemment ce qu’il y a de plus important pour moi. À trois ans, ma fille est déjà très habile à vélo. Elle me suit souvent, ou bien c’est moi qui l’emmène. Elle adore ça."


Je crois que vous roulez souvent avec votre frère. Quelle est votre histoire à tous les deux, comment vous a-t-il inspiré ?

"Nous avons découvert le cyclisme ensemble quand nous étions enfants. Et depuis le début, nous nous lançons des défis. Nous sommes souvent partis en vacances cyclistes en famille. Nous avons un style de cyclisme complètement différent, et cela m’a beaucoup inspiré. Nous aimons tous faire du vélo, mais chacun à notre manière. Mon frère est moniteur VTT, il a sa propre école de vélo à Massa Marittima et donc, comme moi, il roule quasiment tous les jours. Mon père a été coach de l’équipe nationale suisse de descente et reste, encore aujourd’hui, un cycliste très rapide. Ils consacrent tous deux beaucoup de temps à la construction de trails locaux et à la communauté cycliste de la Maremme. Partager sa passion avec sa famille est quelque chose de génial ! Nous sommes d’authentiques passionnés de VTT. Ils viennent tout juste de tracer un nouveau trail à Massa Marittima, sur l’une des montagnes locales. Ils l’ont appelé El Nino. Je suis impatient de découvrir ça !"


Le SCOTT Ransom de N1NO Schurter

À quoi associez-vous le Ransom et qu’avez-vous pensé lorsque vous avez entendu parler d’une réédition ?

"Le Ransom a été mon tout premier vélo de freeride et j’ai vécu d’incroyables sorties et courses avec lui. J’ai même remporté mes premières courses d’Enduro à Flims avec ce vélo. Le Ransom a été un vrai pionnier de cette catégorie. J’étais vraiment impatient de découvrir la nouvelle édition, et je n’ai pas été déçu."


Utilisez-vous souvent le Ransom ?

"Durant la dernière saison, c’était mon unique vélo, je n’en ai pas utilisé d’autre. Si je n’étais pas coureur de cross-country, et si je ne devais posséder qu’un seul vélo, je pense que j’achèterais un Ransom. C’est le type de vélo qui vous procure plaisir et liberté. Il vous permet de grimper vers des lieux inaccessibles en temps normal et fluidifie n’importe quel trail. C’est un incroyable grimpeur pour un 170 mm, et il reste extrêmement efficace en descente. Je ne connais pas de vélo d’enduro aussi performant que celui-ci."


Composants électroniques, changement de vitesse, tige de selle télescopique électrique, votre Ransom dispose de toutes les options possibles. Quelles sont vos impressions ?

"Les avantages ne sont peut-être pas spectaculaires à première vue, mais après une utilisation prolongée, vous ne voulez plus vous en passer. Les sensations sont les mêmes pour chaque activité. Cela a un côté très rassurant et confortable. En fait, vous pouvez vous concentrer davantage sur les aspects basiques, et conduire de manière encore plus agressive."


Comptez-vous utiliser une tige de selle télescopique électrique durant la Coupe du Monde ?

"Absolument. Je ne l’utiliserai pas sur toutes les courses mais principalement lorsque les conditions seront difficiles. L’installation et le retrait de la tige électrique est maintenant très facile et s’effectue très rapidement."


Produits associés


Vélo SCOTT Ransom 900 Tuned
Vélo SCOTT Ransom 900 Tuned

CHF 8'599.00

CASQUE SCOTT STEGO (CE)
CASQUE SCOTT STEGO (CE)

CHF 219.00

Chaussure SCOTT VTT AR Boa Clip
Chaussure SCOTT VTT AR Boa Clip

CHF 219.00

Maillot à manches longues SCOTT Trail Vertic
Maillot à manches longues SCOTT Trail Vertic

CHF 89.00


  • Vidéo : Raineduponmedia/Etienne van Rensburg
  • Photographie : Jochen Haar